Maisons de l’emploi : une fausse bonne idée ?

Une journée nationale des maisons de l’emploi a été organisée le 20 juin 2006 par le Ministère de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement pour faire un premier bilan d’étape du dispositif. A l’évidence, ces maisons ont du mal à voir le jour. J’ai tenté de repérer les points de blocage dans une chronique réalisée pour Alternatives Economiques qui est reproduite ci-après.

J’avais un rêve. C’est par cette formule que Jean-Louis Borloo est venu clore récemment une journée de travail consacrée à une des mesures phares du plan de cohésion sociale : les maisons de l’emploi. Un projet original et ambitieux qui veut mettre un terme à l’éparpillement des acteurs publics et locaux intervenant dans le champ de l’emploi, un éparpillement souvent source de multiples dysfonctionnements.

Difficile, par exemple, lorsqu’une grande entreprise ferme définitivement ses portes dans un bassin d’emploi sinistré, de mobiliser rapidement les services déconcentrés de l’Etat, les Assedic, l’ANPE, l’Afpa, les collectivités territoriales pour venir en aide aux salariés licenciés. Et pourtant chacun de ses acteurs dispose sur le terrain d’une véritable expertise. Les maisons de l’emploi, en regroupant en un même lieu l’ensemble de ces acteurs, pourraient contribuer à mieux gérer, voire sécuriser, les trajectoires professionnelles des chômeurs par une meilleure coordination des actions de tous. Seulement voilà, cette dynamique commune n’est pas visible sur le terrain, car l’expérience a montré que la coopération entre ces différents acteurs ne se décrète pas. La preuve : seule une trentaine de maisons de l’emploi fonctionnent. Plus inquiétant encore, les réseaux des Assedic et des ANPE rechignent à s’impliquer activement dans ces structures dont les commandes sont entre les mains d’élus locaux. Il y a là, sans doute, de quoi froisser les représentants du SPE.

D’un point de vue institutionnel, la loi Borloo n’est d’ailleurs pas dénuée de contradictions. D’un côté, elle prône le rapprochement ANPE-Unedic en leur confiant le pilotage de la politique de l’emploi et la mise en place d’un guichet unique. De l’autre, elle crée les maisons de l’emploi dont le projet est d’abord porté par les élus des collectivités territoriales. L’ANPE et l’Unedic ont donc privilégié leur rapprochement mutuel dans le cadre de la convention bipartite, aux dépens de leur collaboration dans les maisons de l’emploi. Il faut avouer que deux nouveaux dispositifs de coordination pour améliorer la gouvernance de l’emploi, cela fait beaucoup.

Sans doute aurait-il mieux valu consolider le rapprochement ANPE-UNEDIC avant de mettre en place les maisons de l’emploi. Qui trop embrasse mal étreint !

Publicités

5 Responses to “Maisons de l’emploi : une fausse bonne idée ?”


  1. 1 Benoit Willot juillet 17, 2006 à 10:37

    Que l’Anpe et l’Unédic aient privilégié leur rapprochement sur la mise en palce des maisons de l’emploi, c’est un fait que vous analysez parfaitement. Par contre, je ne partage pas votre opinion qui est d’en faire une priorité.
    La mobilisation de différents acteurs (les collectivités territoriales, mais aussi des organismes éocnomiques ou sociaux) est un phénomène majeur, qui va bien au-delà de la notion, somme toute datée, d’un guichet unique.
    L’enjeu, c’est la mise en place d’un nouveau serivce public de l’emploi – c’est à dire un changement de pilote, et non pas une consolidation.

  2. 2 tuchszirer juillet 20, 2006 à 2:39

    je crois que je n’ai pas été assez clair. Je ne dis pas que l’ANPE et l’Unedic ont eu raison de faire de ce guichet unique leur priorité. Mais c’est en tous cas la stratégie adoptée par ces deux institutions. Renforcer leur position dans le pilotage du marché du travail, quitte à envisager à plus long terme un rapprochement avec les élus des collectivités territoriales. Car, autant le rapprochement Unedic/ANPE s’inscrit dans l’air du temps, et apparaît comme un partenariat naturel pour ces 2 institutions, notamment depuis la mise en place du PARE, autant la coopération avec des élus leur apparaît plus problématique. Il y a des divergences d’approche sur l’action territoriale.

  3. 3 Martigny août 16, 2006 à 2:07

    J’ai bien saisi la nouvelle organisation du marché de l’emploi de la loi Borloo, et j’écris un mémoire sur le sujet. Et j’ai quelques questions auxquelles je ne sais pas vraiment répondre pour le moment. Je vous les pose toutes, en espérant que vous puissiez me donner quelques pistes de réflexion.

    Y a-t-il, sur le marché de l’emploi, un régulateur, comme il en existe sur d’autres marchés libéralisés (CRE, ART, AMF etc.)
    Est-ce à l’ANPE de jouer ce rôle? Rien n’est prévu à ma connaissance dans les textes.
    Il semble en effet que l’auto régulation sur un marché nouvellement ouvert à la concurrence soit une utopie. Qui est, ou qui sera le régulateur sur le marché de l’emploi? Quelles conséquences sur l’emploi a eu cet abandon par l’Etat de son pouvoir de police sur le marché de l’emploi, même s’il en conserve une partie par le biais de l’assurance chômage?

    Une autre question à laquelle je ne sais pas répondre pour le moment: comment s’effectue en pratique la mise en place de cette réforme. Quels moyens sont déployés, quel est le coût de cette réorganisation?
    Comment les différents acteurs du SPE travaillent-ils ensemble alors qu’ils n’y sont pas habitués et qu’ils sont parfois concurrents, et quel est leur degré de participation (la loi emploie les verbes participer, concourir sans les définir)?
    Au sein des maison de l’emploi, quelle responsabilité conserve chaque partenaire, qui les coordonne? Appartiennent-elles au SPE ou en sont-elles la manifestation?

    Votre avis m’intéresse, merci pour vos réponses et vos commentaires qui me sont d’une grande utilité.

  4. 4 tuchszirer carole août 16, 2006 à 3:32

    bien difficile de répondre à vos questions car ce sont des interrogations que nous sommes en droit de poser à la loi de cohésion sociale qui reste floue sur la question fondamentale de savoir à qui échoit la mission d’assurer la régulation du marché du travail. De mon point, c’est parce que la loi refuse de se poser cette question qu’elle multiplie les niveaux de réponse. Dans sa première version, la loi de CS s’inscrivait dans une optique clairement libérale souhaitant s’en remettre aux cabinets privés pour assurer une nouvelle régulation du marché du travail en jouant sur la mise en concurrence des acteurs présents. Puis elle semble faire machine arrière avec la convention tripartite qui semble confier au SPE le soin d’assurer la régulation du système. Enfin, avec la création des maisons de l’emploi, la loi indique également la possibilité de confier cette mission aux territoires et aux élus locaux. Mais sachez que vos questions sont tout à fait pertinentes, qu’il faut les poser comme vous le faites. Je suis sûre qu’elles ne manqueront pas d’alimenter les débats sociaux de la rentrée. Je vous indique d’ores et déjà que vous pouvez lire sur ce sujet l’excellent article de Dominique Balmary consacré à cette question dans la revue Droit Social de juin 2006. Quant à moi j’ai rédigé un article qui devrait également sortir (sur ce théme de la réforme du SPE) en octobre dans la revue « regard sur l’actualité ».
    Bon courage

  5. 5 rohan rémy octobre 13, 2006 à 1:26

    Pour qu’une maison de l’emploi fonctionne bien,il y faut, au côté du service public de l’emploi, des associations spécialisées, de bons prestataires privés, et surtout des G.O éclairés sachant fédérer les bonnes volontés, booster les initiatives en direction du bassin d’emploi et sachant aussi inventer, innover, créer du lien. Et ça, c’est plus facile à dire qu’à faire. Comme d’habitude les politiques s’intéresseront plus au quantitatif qu’au qualitatif et la labellisation de ces structures continuera d’aller bon train, même si la coquille est vide, comme la maison de l’emploi de Paris.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Tous les billets peuvent être partiellement cités sous réserve de mentionner le nom de l'auteur et sa source. En revanche, leur reproduction intégrale doit être soumise à l'autorisation expresse et préalable des auteurs.

Autopromo



chez La Découverte
collection Repères

S’abonner à surlemploi


Cliquer sur l'icône pour souscrire au fil RSS


Si vous préférez recevoir les mises à jour par email, cliquer ici.


%d blogueurs aiment cette page :