Comment parler de « précarité de l’emploi » aux Etats-Unis ?

Le prochain numéro de la Chronique internationale de l'IRES portera sur le thème de la "précarité de l'emploi". Comme chaque année, il comportera une série d'articles nationaux et des articles transversaux de comparaison internationale.

Pour ma part, j'ai été chargé de rédiger l'article portant sur les Etats-Unis. Une tâche un peu délicate puisque la notion d'emploi précaire apparaît assez peu opératoire sur le marché du travail américain, en tout cas dans l'acception habituellement retenu en France qui met l'accent sur le statut. Voici le résultat de l'exercice.

Introduction de l'article à paraître :

La "précarité de l’emploi" n’est pas une notion directement mobilisable dans le cas des Etats-Unis, du moins pas dans le sens où on l’entend en France. En effet, dans un pays où la liberté de licencier est grande, le risque de perdre son emploi est potentiellement élevé pour tous et il n’y a donc pas véritablement de statut stable à l’aune duquel la précarité puisse être évaluée.

C’est en fait sur le thème plus général de la qualité de l’emploi que porte le débat. Or, ce qui définit un good job (et donc en creux un bad job), c’est non seulement un "bon salaire" mais aussi le bénéfice de dispositifs de protection sociale, qui, rappelons-le, sont aux Etats-Unis largement attachés à l’emploi.

Sur le marché du travail américain, le degré de précarité ou de sécurité est donc surtout fonction de la capacité des individus à sortir rapidement du chômage en cas de perte de leur emploi et de la protection sociale qui lui est associé.

Cette capacité est non seulement déterminée par leur "employabilité" mais aussi, bien sûr, par l’état du marché du travail. C’est là un élément essentiel à prendre en compte lorsqu’on compare les niveaux relatifs des taux de chômage en Europe et aux Etats-Unis : outre-Atlantique, un taux de chômage très bas est la condition sine qua non de l’acceptabilité sociale du système.

  • L'article est téléchargeable dans son intégralité ici (PDF, 100 ko). Mise à jour : disponible maintenant également sur le site de l'IRES.

N.B. : à l'attention des personnes qui ont lu la version initiale de ce papier, je précise que celle-ci est assez différente puisqu'elle a été remodelée en profondeur pour tenir compte des discussions.

Publicités

1 Response to “Comment parler de « précarité de l’emploi » aux Etats-Unis ?”


  1. 1 Camille mars 8, 2007 à 7:57

    Un document apportant d’autres informations sur la durée du travail et sur la mesure du chômage aux Etats-Unis.

    La durée du travail est en moyenne de 34 heures par semaine aux Etats-Unis, à comparer avec une durée de 36 h en France, de 32 h en Grande-Bretagne et de 29 à 36 heures dans les principaux pays européens, pour l’ensemble des emplois à temps plein et à temps partiel. Ces valeurs peuvent surprendre. Elles proviennent pourtant des statistiques officielles de chaque pays et elles donnent une idée plus exacte de la réalité que les statistiques habituelles limitées aux seuls emplois à temps plein.

    Lire : http://travail-chomage.site.voila.fr/us/us_duree_travail.htm

    En 2006, le nombre officiel de chômeurs est de 7 001 000 pour une population active de 151 428 000 personnes, soit un taux de chômage de 4,6%. Cependant, 4 786 000 personnes souhaitent avoir un emploi et sont classées dans la population inactive. Ces personnes ne peuvent obtenir un emploi, sont prêtes à travailler mais sont découragées et n’effectuent pas les démarches pour être inscrites comme demandeurs d’emploi.

    Pour mieux mesurer la réalité du chômage, ces personnes doivent être réintégrées parmi les chômeurs (11 787 000) et dans la population active (156 214 000). En se limitant à cet élément, le taux de chômage apparent de 4,6 % se transforme en un taux de chômage réel de 7,5%.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Tous les billets peuvent être partiellement cités sous réserve de mentionner le nom de l'auteur et sa source. En revanche, leur reproduction intégrale doit être soumise à l'autorisation expresse et préalable des auteurs.

Autopromo



chez La Découverte
collection Repères

S’abonner à surlemploi


Cliquer sur l'icône pour souscrire au fil RSS


Si vous préférez recevoir les mises à jour par email, cliquer ici.


%d blogueurs aiment cette page :